À propos

Je me présente : 

Par où commencer ?

Je m’appelle Marion…

Pour l’instant, le lieu qui m’accueille se situe dans les montagnes, parfois à 1000 m d’altitude, parfois à 3000, suivant les jours, la saison, l’envie…

Tout à commencé avec un diplôme de professeur des écoles.

Je pensais réellement que j’allais m’éclater avec les enfants, jouer, créer, rêver, apprendre…

Ma première classe a été une classe maternelle.

Jusqu’ici tout va bien ?

Et bien non, déjà…

Je ne savais pas comment accompagner mes élèves sans les contraindre dans les activités, sans les influencer dans leurs choix.

J’ai suivi une formation Montessori en disant que là était la solution…

L’année suivante, j’ai accompagné une classe maternelle (toujours dans les hautes alpes, toujours la même école) avec la pédagogie Montessori.

À mon grand soulagement, j’ai trouvé cette façon de faire (un peu) plus respectueuse de l’enfant.

Cependant, j’étais malheureuse d’être enfermée 4 jours par semaine et forcément de voir les enfants « subir » le même sort que moi.

Ce n’était donc pas encore LA solution !

J’ai eu besoin de prendre du recul. Avec une amie et un collègue (ami de surcroît) nous avons tenté de faire une école alternative.

Entre la difficulté de trouver un lieu (merci les mairies !) et le prix de revient pour les familles trop élevé à notre goût, mon chemin n’était encore pas celui-ci !

Qu’à cela ne tienne ! Cela m’a permis de faire énormément de recherches sur les apprentissages, le développement des enfants, les pédagogies alternatives… 

J’ai fait une “pause éducation nationale” pendant 4 années, durant lesquelles j’ai gardé les brebis (ou ce sont elles qui m’ont gardée…).

 La liberté, les animaux, le grand air, la vie en extérieur, prendre soin de son troupeau… et ne plus être 30 dans un lieu fermé !

Entre temps j’ai rencontré « mon » homme, qui a partagé le métier de berger avec moi durant 2 ans.

Je l’ai pris en stop…

C’est bien le stop ! C’est écologique et plus si affinité…

La deuxième saison d’alpage en couple nous attendions notre premier enfant.

Nous avons donc décidé de faire une pause d’alpage. En effet cela nous paressait vraiment compliqué de conjuguer alpage, nourrisson, allaitement, fatigue…

J’avais pas encore ma cape de super-maman !

J’ai repris mon métier d’instit. J’avoue que cela a été difficile.

Difficile de ne pas être avec mon tout petit,

difficile face au manque de bienveillance de certains collègues,

difficile face aux apprentissages que je trouvais trop abstraits, trop éloignés de l’intérêt de la plupart des enfants, face à leur caractère obligatoire,

difficile de ne pas être assez dehors…

Je pense que si j’avais un mot pour décrire cette période, ce serait… difficile !

Et puis, mon homme a refait du stop, je me suis arrêtée une nouvelle fois et donc…

J’étais de nouveau enceinte de notre deuxième enfant !

J’ai (enfin) décidé de quitter mon travail et nous nous sommes questionnés sur notre vie de famille, sur ce que nous voulions pour nous et pour nos enfants.

Et là, devinez quel a été notre choix ?

La vie sans école pour tout le monde !

 Branle-bas de combat, on prend notre vie et on recommence !

“Bon chéri, qu’est-ce qu’on fait dans la vie ?”

Cela nous a permis de nous remettre en question, de chercher ce qui nous passionnait.

Bon ok, il nous suffisait de trouver nos passions et qu’elles soient compatibles avec le fait de vivre avec nos enfants.

Plus facile à dire qu’à faire…

N’oubliez pas que je suis un pur produit de l’éducation nationale, qu’on m’a toujours dit ce qui était bien pour moi…

Bon, petite parenthèse : durant cette remise en question, j’ai fait une formation sur la parentalité positive. Quel bonheur, quelle révélation ! Cela m’a vraiment conforté dans le choix de ne pas scolariser les enfants.

 

Voici la première conclusion de notre réfléxion :

“Repartons en alpage, faire les bergers, en famille cette fois-ci !”

Wahou, quel bonheur d’avoir toute sa petite famille là haut…

Des paysages de dingue, la complicité entre nos loulous (forcément, les enfants ne courent pas les rues !), des jouets, des jeux inventés en permanence avec trois fois rien…

En ce qui nous concerne, nous vivons en unschooling, nous essayons de laisser se faire les apprentissages naturels et autonomes…

Mais à mon sens ce qui est important c’est d’avoir le choix : le choix de mettre ou pas ses enfants à l’école, le choix des pédagogies ou des pratiques…

Et mes (autres) passions, alors ?

Oui, parce que bergers, ce n’est que 4 mois dans l’année…

J’aime transmettre, aider les personnes à trouver le meilleur d’eux, à se réaliser en conscience…

C’est là que j’ai fait le choix d’accompagner les familles qui désirent vivre sans école, pour un an ou pour toujours (et tout ce qu’il y a entre les deux).

J’ai conscience que l’expérience que j’ai acquise durant mon chemin de vie peut-être utile aux parents iefeurs.

Travailler dans l’éducation nationale n’a pas toujours été drôle mais ça m’a permis de connaître le jargon, les attentes…

J’ai pu également découvrir beaucoup de pédagogies, les expérimenter…

J’ai rencontré pas mal d’enfants, tous différents. J’aime cette différence et le fait qu’elle soit permise et respectée en IEF me conforte dans mes choix.

Je souhaite vivre de cette passion pour suivre ma mission de vie… c’est en quelque sorte incarner ce que je souhaite pour me enfants : ne pas me perdre pour leur permettre de se trouver !

 

 

Pour me contacter, utilisez ce formulaire :

 

    Liens affiliés

    Tous les liens vers Amazon sont des liens affiliés qui permettent de toucher entre 4 et 6% du montant de ce que vous achetez, sans évidemment que cela augmente le prix final que vous allez payer 😉 . Ces commissions permettent à ce blog de générer une partie du chiffre d’affaire qui permet de vous offrir autant de contenu gratuitement, donc merci si vous passez par ces liens pour acheter ces produits ! Et je ne recommanderai jamais un produit que je n’estime pas sincèrement être un produit de qualité et que je ne recommanderai pas à ma mère. J’ai une réputation à entretenir, et j’ai à cœur de vous apporter le maximum de valeur !

    Partager l'article :
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  
      8
      Partages
    •  
    • 8
    •