Sommes nous esclave de nos enfant en instruction en famille ?
émotions,  IEF

Sommes-nous esclaves de nos enfants ?

Pour beaucoup d’entre nous, les familles non-scolarisantes, la vie sans école est une sorte de continuité au maternage. Nous avons tellement pris l’habitude de répondre aux besoins de nos enfants, que l’école nous paraît souvent juste impossible.

En effet, l’école ne répond pas aux besoins physiologiques de nos petits, comme le besoin de sommeil, le besoin de s’hydrater, le besoin de la présence de la figure de rattachement… Je vous en parle plus en détail dans l’article 7 bonnes raisons pour ne pas mettre mes enfants à l’école.

Le maternage avant 3 ans

Sommes nous esclaves de nos enfants avec le portage ?

Déjà, lorsqu’ils étaient petits, beaucoup de personnes de mon entourage ou même des personnes que je croisais se questionnaient, me questionnaient, sur le fait que j’écoute les besoins de mes enfants et que j’y réponde. Par exemple, lorsque mon bébé demandait à téter alors qu’il avait tété seulement 30 minutes avant, la question ne tardait pas à tomber : « mais, il n’a pas déjà tété ? Tu n’as pas peur qu’il ait mal au ventre ? Ne penses-tu pas qu’il te prenne pour sa tétine ? ».

Ou encore, le fait que je porte mes enfants pendant leur sieste ou que je réponde à leur besoin d’éliminer (hygiène naturelle infantile) soulevait toujours des débats.

Est-ce de l’esclavage ?

C’est vrai que tout dans notre culture nous encourage à faire autrement. Nos maisons sont grandes, avec souvent plusieurs chambres, le congé maternité est court, surtout pour le premier, les sages femmes de la maternité nous donnent des directives souvent éloignées du maternage. Les bébés doivent dormir dans des berceaux, on leur met des couches immédiatement et l’on n’explique pas qu’il est possible de faire autrement. Les nourrissons sont souvent baignés dès le deuxième jour, pour ne pas dire dans la salle d’accouchements. Il est souvent conseillé de donner le sein toutes les trois heures… La liste n’est bien sûr pas exhaustive.

Sommes nous esclaves de nos enfants en cododo ?

Ça ne fait pas longtemps qu’on parle de parentalité positive, de communication non violente ou de violences éducatives ordinaires. Les pensées évoluent, petit à petit, et ont parfois du mal à se faire entendre !

Lorsque le foetus est dans le ventre, c’est facile, nous n’avons pas à nous poser de questions sur comment faire, tout est « automatique ». Tous ses besoins sont comblés, naturellement. Mais lorsque le nourrisson est entre nos mains, le cerveau prend parfois trop le dessus sur notre instinct. Nous ne sommes plus reliés à notre continuum, comme nous l’explique Jean Liedloff dans son livre Le concept du continuum, à la recherche du bonheur perdu. Nous sommes obligés de passer par notre intellect, notamment grâce à la lecture, pour retrouver le naturel.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Quel budget pour l'instruction en famille ?

Dans notre famille

Pour reprendre notre exemple familial, Tilouann, notre plus grand, n’a pas bénéficié de la même écoute que Loon, il nous a fallu du temps pour nous rendre compte que finalement c’était logique, sain, normal et que c’était bien moins difficile que d’imposer les choses dans un souci de soi-disant liberté parentale.

Je m’explique : Tilouann a eu des couches lavables, car je m’imaginais que de répondre à son besoin d’élimination serait une vraie corvée, que ça me prendrait beaucoup de temps et d’énergie. Cependant je me rends compte avec le temps que de faire tremper ses couches puantes, imbibées de pipi, de les laver, d’attendre trois jours qu’elles sèchent… n’était pas me simplifier la vie ! Loon était souvent sans couches ou juste avec un lange léger et fin quand j’étais chez des gens et je lui proposais régulièrement d’éliminer, lorsque j’y pensais ou à certains moments stratégiques et finalement c’était beaucoup plus simple.

Même chose pour le repas. Nous avons préparé des petits repas spécifiques pour Tilouann, avec la contrainte d’emmener ça partout lorsque nous bougions, de réchauffer, de donner à manger avant nous… Alors que Loon a pu expérimenter l’alimentation par elle-même (la diversification menée par l’enfant) sans jamais que nous ne préparions rien de spécial. Elle est passée naturellement du sein à mon assiette, au départ juste en attrapant la nourriture puis en la goutant jusqu’à enfin un jour manger « normalement », comme n’importe quel bambin.

Et bien, je peux vous assurer que c’était réellement plus simple, tellement pratique et finalement évident.

Je pourrais vous passer tous les thèmes en revue : les siestes, le cododo, les temps de garde…

Et le couple dans tout ça ?

Je me suis aperçue que de répondre aux besoins de mes enfants, de leur naissance à leurs 3 ans, a été finalement essentiel pour le bon équilibre de chacun. Loin d’être de l’esclavage, cela s’est montré plus simple, plus naturel. Nous sommes tous beaucoup plus sereins et épanouis. Malgré le regard ou les questions d’autrui, ça a été une façon pour notre famille de vivre en accord avec nos valeurs et de respecter chaque membre de notre famille restreinte.

Je vous parle au passé, car maintenant, ils sont à notre service ! Ils nous doivent bien ça ! Non, je plaisante, évidemment. C’est juste que je voulais parler de l’âge préscolaire dans un premier temps.

Un enfant est le résultat de l'amour entre deux personnes

Pour notre couple, c’est vrai que les trois premières années de vie de nos enfants, n’ont pas étaient les plus fusionnelles. Nous avions décidé de mettre au monde des petits bouts, il n’était alors pas question pour nous de ne pas répondre à leurs besoins, de la meilleure façon que nous le pensions.

Après, le fait de ne pas être dans l’opposition par souci de préserver notre tranquillité, permets d’être moins fatigués, plus à l’écoute de l’autre et d’en parler plus sereinement. On peut voir ça comme un geste égoïste : si je dors avec mon bébé, je n’ai pas besoin de me lever pour lui donner le sein, donc je suis moins fatiguée. Si je laisse ma compagne dormir avec mon enfant, je suis plus disposé à m’occuper des miens la journée ou à aller travailler sereinement.

Par conséquent, loin d’être de l’esclavage, le maternage est juste normal, sain, et à encourager même (ou surtout) pour le bien-être du couple. En effet, il me semble qu’en répondant aux besoins de nos enfants, ils sont plus confiants et deviennent plus rapidement autonomes dans leurs activités, leurs relations… À dix ans, ils peuvent prendre leur appart et vous laisser enfin tranquille ! (bon, là, je plaisante encore quelque peu !)

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Comment aider mon enfant à avoir confiance en lui ?

Après 3 ans, tout devrait s’arrêter ?

l'école esclave les enfants

Après ces trois premières années de maternage proximal avec son enfant, ou tout du moins un souci de bienveillance et de respect de sa personne, de ses besoins et une prise de conscience à ce niveau, ça peut paraître légitime, même logique de douter du fait de mettre son tout petit entre quatre murs, avec des inconnus, un surpopulation d’enfants alors qu’il n’est pas encore demandeur de relation, loin de vous, ses parents…

Bon la phrase est longue, mais elle est dite !

Nombre de nos amis qui ont fait le choix de l’école nous disent :

« Je ne sais pas comment vous faites pour rester avec eux toute la journée, je ne pourrais pas ».

J’ai juste envie de répondre :

« Je ne sais pas comment vous faites pour laisser vos enfants dans des classes surchargées, enfermés alors qu’ils ont besoin d’espace, de nature, d’être entourés et de faire leurs propres choix. »

Mais ça ne serait peut-être pas très bien pris. Donc je réponds juste : 

« C’est vrai que ça se construit tout les jours et que ce n’est pas toujours facile, mais c’est chouette de vivre ensemble et de prendre le temps. J’aime prendre soin de la famille ».

Et puis je me rends compte que nos enfants sont parfois plus faciles à vivre avec nous que s’ils avaient été à l’école, sous tension, avec des besoins non comblés… Nous gérons la frustration quand elle se présente, la colère peut s’exprimer et passer et ainsi de suite. Nous partageons de bons moments, nous pouvons les observer grandir, s’épanouir, expérimenter, échouer, recommencer… apprendre, quoi.

L’organisation, ça fait beaucoup

De plus, avec une bonne organisation familiale (sans parler de grands-parents), nous arrivons à avoir du temps avec chacun et pour chacun. Les enfants grandissant, nous travaillons de plus en plus dans des métiers que nous avons choisis, construits, inventés. J’ai abordé ce sujet dans l’article Comment l’instruction en famille profite à tout le monde.

Loin d’être un esclavage, l’instruction en famille et le fait de répondre aux besoins de nos enfants, est pour nous ce qui nous arrive de mieux, sur le plan de la famille, du couple ou même de nos choix professionnels. Ça nous a aidés à trouver notre mission de vie. Nous souhaitons que nos enfants écoutent leurs passions et que ça les fasse grandir, ça a déteint sur nous. Lisez l’article L’instruction en famille et la mission de vie, il explore plus en détail ce point.

Et puis, le but n’est pas de faire l’école à la maison, mais bien de s’ouvrir au monde, de permettre à nos enfants de grandir au contact de leur société, de la nature. Comme Thierry Pardo nous l’explique très bien, nous avons oublié que l’enfant apprend sans enseignement au même titre que le grain de blé pousse aussi sans l’agriculture. (Pour découvrir la chronique de son livre, c’est ici).

Nous ne passons donc pas notre temps à construire des cours, des projets. Nous ne passons pas notre temps à leur faire cours. Nous leur offrons de la disponibilité, de l’amour, de l’espace. Nous ne les rendons pas esclaves, nous ne nous sentons pas esclaves.

Quelle richesse partagée, quel plaisir de s’isoler pour écrire un article en les sachant heureux et entre de bonnes mains !

C’est à vous

Plus nous avançons sur le chemin du soi-disant esclavage, plus nous nous sentons libres ! Étonnant, non ?

Et vous, vous sentez-vous esclaves de vos enfants ? Est-ce qu’il vous arrive de regretter vos choix ? Dites-nous tout dans les commentaires, sous cet article.  

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    288
    Partages
  •  
  • 286
  • 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *