La plus grosse erreur lorsqu'on commence l'instruction en famille
IEF

Instruction en famille : la plus grosse erreur à ne pas faire

Peut-être l’aventure de l’instruction en famille vous appelle… Vous ne souhaitez plus laisser l’institution gérer ce volet de la vie de vos enfants ? Malgré toutes les complications que ça semble soulever, une seule grosse erreur est à bannir, tellement évidente… Pourtant tellement de personne se laissent avoir !

Vous peinez à savoir comment commencer l’instruction en famille ?

  • Quand faire sa demande d’autorisation ?
  • Comment faire sa demande ?
  • Et si je veux commencer en cours d’année, est-ce possible ?
  • Quelle méthode pédagogique je vais utiliser ? 
  • Comment fait-on un emploi du temps ? 
  • Où est-ce que je trouve les programmes ? 
  • Quelle est la différences entre compétences de cycle, socle commun …?
  • Une progression, mais qu’est-ce que c’est ?
  • Qu’est-ce qu’on est obligé de faire ? 
  • Cours par correspondance, Unschooling… ?
  • Où, quoi, comment, pourquoi ? ! ? 

C’est vrai qu’il y a de quoi devenir complètement dingue !

Et plus on cherche, plus on a de nouvelles questions qui surgissent et pas toujours de réponses, comme si on s’enfonçait dans un labyrinthe sans fin…

Il y a des ressources dans tous les sens, le vocabulaire des programmes est incompréhensible

Et se poser ces questions est une grosse erreur, tout du moins au départ…

Car, ce n’est tout simplement pas encore le moment !

C’est pour ça que notre cerveau part dans toutes les directions, bouillonne, prêt à exploser…

De tout ça va découler une erreur encore plus énorme, mais avant de te la dévoiler, un truc hyper important…

L’idée qui suit va changer votre vie :

Vous savez déjà faire

Je m’explique : 

Votre enfant, lorsqu’il nait, n’est pas tout à fait peaufiné…

Si, si, je vous assure ! Même si c’est le plus beau du monde à vos yeux…

Et tout ça pour s’intégrer au mieux dans le monde dans lequel il voit le jour. 

Il va ainsi apprendre la langue de sa famille, de son pays, développer les compétences nécessaires à la meilleure intégration possible.

Votre enfant, avant trois ans, apprend à marcher, à parler, à communiquer.

Il expérimente, se questionne sur le monde, observe, goûte, essaie, recommence…

Il fait tous ces apprentissages en vous observant, en vivant à vos côtés.

Ce sont des apprentissages vraiment complexes.

Pourtant aucune pédagogie, aucun programme, aucun emploi du temps n’a été mis à l’oeuvre.

Et vous ne vous êtes, pour ainsi dire, pas posé de questions…

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Comment bien commencer l'instruction en famille ? le podcast

Vous savez faire, il sait faire, naturellement.

Vous lui avez apporté votre amour, votre présence, votre soutien, tout naturellement.

À vos côtés, il se sent en sécurité, libre d’explorer le monde et d’apprendre de toutes les situations…

Seulement, à partir de ses trois ans, on veut vous faire croire que rien n’est plus pareil. 

Votre enfant ne peut plus rien apprendre sans enseignement 😂.

Il a alors besoin d’un professeur, mais plus de la présence de ses parents…

C’est ce qu’on appelle :

l’évidence scolaire

Finalement, si on regarde à l’échelle de l’humanité, l’école existe depuis peu.

Pourtant les enfants, avant, étaient éduqués, s’éduquaient au contact de leur société. 

Certes, ils ne développaient pas les mêmes compétences qu’aujourd’hui, mais les besoins et les demandes n’étaient pas les mêmes. 

Tout évolue, l’humain suit…

Et puis la société a eu des besoins, elle a formé (formaté ?) les citoyens en fonction de ces besoins…

Pour ce dessin, l’école est une formidable alliée.

On y apprend à obéir à l’autorité, on s’oriente en fonction des besoins sociétaux et non de ses envies…

Mais au fait est-ce que l’enfant connaît ses passions, ses goûts lorsqu’il doit s’orienter ?

Alors que ça fait 15 ans qu’on lui dit quoi faire, comment le faire, ce qui est bon pour lui …


Revenons à nos moutons…

Vous avez peur de vous lancer, tout semble si compliqué…

Mais rappelez-vous : vous saviez faire et vous savez toujours faire.

Le tout est de garder confiance en vos capacités d’accompagnement, d’observation.

  • L’intuition… 
  • La confiance…

C’est la base.

Un luxe possible en instruction en famille : prendre le temps

Pourquoi est-ce que , subitement, aux trois ans de votre enfant, vous ne seriez plus capable de vous occuper de son éducation, de son instruction ?

Un jour, peut-être, vous vous ressentirez pour votre enfant, l’importance de recevoir des cours plus structurés.

Vous pourrez alors combler ce besoin en choisissant quelque chose d’adapter à sa façon de fonctionner, car vous vous serez fait confiance et vous aurez été dans l’observation.

Vous aurez pris le temps…

Peut-être même que vous prendrez une idée par-ci, une idée par là… parce que ça fonctionne bien…

Et finalement, vous aurez inventé VOTRE instruction en famille, sans même vous en rendre compte.

Nous avons perdu notre côté intuitif, nous intellectualisons beaucoup notre quotidien.

C’est par l’intellectualisation que nous pourrons renouer avec notre intuition.

Pour arriver à cette conclusion, j’ai lu, énormément…

J’ai expérimenté, observé, essayé, recommencé…

Comme un enfant.

La demande d’autorisation d’instruction en famille

C’est vrai que ça, c’est TRÈS embêtant !

On se dit que c’es tellement compliqué, ce dossier, ce vocabulaire, tout ce qu’ils demandent…

Et que ce n’est vraiment pas sûr de l’obtenir.

Mais ce sont de fausses raisons pour ne pas essayer !

Vous n’avez pas le droit de vous empêcher d’essayer, par peur…

Je vous bouscule ?

Tant mieux ! 😅

Franchement vous risquez quoi ?

Mettez toutes les chances de votre côté, obtenez cette autorisation et ensuite faites ce que votre coeur vous dicte, ce que votre intuition vous crie !

Vous savez quoi ? ce n’est que de l’administratif, du jargon, du baratin…

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Loi Blanquer, que dit-elle ?

Même ça aussi vous en êtes capable…

C’est chiant, je vous l’accorde…

J’irais même dire qu’il y a un côté humiliant…

Mais ça, c’est l’égo qui parle, alors on peut bien le mettre un peu de côté, répondre à leurs demandes, leur donner ce qu’ils attendent et se lancer gaiement dans l’instruction en famille !

Car je vous jure que c’est une belle aventure, peu importe les bâtons qu’ils nous mettrons dans les roues.

Haut les coeurs !

Révélez le côté pirate qui est en vous…

Au pire, vous n’aurez pas l’autorisation cette année… vous essaierez encore !

Le contrôle pédagogique

Oui ça aussi c’est très pénible…

Ça a lieu une fois par an, toujours avec le même jargon, le même côté humiliant, sans aucune objectivité…

Là aussi vous avez deux choix :

  • vous refuser de vivre cette expérience d’IEF alors que ça vous brûle les tripes
  • Vous dire que c’est pas ça qui vous arrêtera et que vous ferez tout pour aller au bout de votre envie, de votre rêve

Tout est une question de choix.

Vous n’êtes pas seul !

Dites-vous bien que d’autres parents sont passés avant vous dans les méandres de cette expédition.

Il existe beaucoup de ressources pour vous aider, vous épauler.

Rien qu’ici, sur le blog, vous trouverez énormément d’informations, de soutien, de formations à votre service…

Maintenant vous n’avez plus qu’à…

Allez-y, foncez, lancez-vous, vivez à fond !

La vie est faite pour être vécue, et pas qu’à moitié 🌺

Rien ne vous arrêtera ! ❤️

La plus grosse erreur que vous pourriez faire : ne pas essayer !

Partager l'article :

4 commentaires

  • Miss Obou

    C’est vrai qu’on se pose beaucoup trop de question! Pourtant la nature est si bien faite! On est fait pour apprendre et pour découvrir, sans se prendre la tête! Je dirais même qu’on apprend bien souvent sans s’en rendre compte parce que le plaisir prédomine!
    Bravo pour cet article!

    • Nath

      Merci Marion
      A 5 jourd du contrôle pédagogique, cela fait du bien de te lire et de recevoir cette énergie et cet élan. Ici, bronchite otite et j en passe..le stress généré par la préparation et ressenti sur les enfants est..flagrant.
      Mais que dire. C est une belle aventure, intense, que notre enfant a exprimé dès le moment où il fallait faire un choix. Oui je confirme, l enfant apprend naturellement. C est nous parents qui nous répondons qux exigences administratives .

      J attire mon attention sur le fait de ne pas formater mes enfant à travers le fait de devoir maîtriser la technicité…administrative…et également..ne pas perdre notre naturel a travers cela..au fil des contrôles. Peu a peu, le respect du naturel prend sa place et le formel perd la sienne chez nous.

      • Marion Billon

        Comme je suis d’accord avec toi !
        Les contrôles tendent à nous faire perdre notre confiance dans les apprentissages naturels et nous convaincre de croyances scolaires !
        C’est pour cette raison que je trouvais cet article important 😉
        Comme le fait de lire des personnes convaincues, inspirantes sur ce chemin de la confiance et du lâcher-prise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vgo('process');