carnaval d'articles,  émotions

La curiosité de nos enfants, un trésor à conserver

L’avez-vous remarqué ? L’enfant, dès sa naissance, est naturellement curieux de tout ce qui l’entoure.

Souvenez-vous du premier regard, lorsque le bébé vient juste d’être posé sur vous. Il est déjà très curieux de découvrir ses parents. Même s’il voit flou, il ouvre de grands yeux et nous dévisage.
Je me souviens de Loon, ma fille, lorsqu’on me l’a déposée sur le ventre. Le temps s’est arrêté, elle a plongé son regard dans le mien et a regardé jusqu’au fond de mon âme. Rien que d’y repenser, j’en ai les larmes aux yeux…

Bref, revenons au sujet qui nous intéresse. L’enfant est donc bien curieux de nature. Le monde l’interpelle, il a envie de tout comprendre. Il pose alors des tonnes de questions, expérimente, goûte, manipule, remet en question. C’est en quelque sorte un élan vital, qu’on peut rapprocher à la soif d’apprendre.

On trouve ça très mignon lorsqu’ils sont petits, puis il arrive qu’on leur fasse comprendre que trop de questions, tue les questions. Ensuite, lorsqu’ils grandissent encore, on a parfois tendance à leur apprendre que la curiosité est un « vilain » défaut ! On peut avoir peur qu’ils dérangent

Petit à petit, on leur apprend donc à taire cette curiosité naturelle, vitale, salvatrice.

De la curiosité nait la créativité

Nous avons tous un talent personnel, un petit génie qui sommeille en nous dans un domaine ou dans un autre. Vous en doutez ?

En doutez-vous pour les enfants ? Ils sont tous créatifs, ils inventent des jeux avec n’importe quoi, se créent des mondes imaginaires, voient des animaux dans les nuages, sont un jour papa, bébé, chevalier, cheval, mort, malade, volant, vétérinaire… Ou alors ils passent des heures à dessiner, coller, peindre, découper, assembler…

Voilà donc le bilan, en général : les enfants sont naturellement créatifs, les adultes ne le sont plus. Que s’est-il passé entre les deux ? Allez, un peu de créativité ! Une vilaine sorcière aurait-elle jeté un sort sur toute la planète ?

Mon petit côté rabat-joie me souffle plutôt un mécanisme similaire à la curiosité. Je pense qu’on ne les laisse pas assez expérimenter leur créativité. Vite nous leur disons comment dessiner un bonhomme ou comment jouer à tel ou tel jeu. Dans la pédagogie Montessori, par exemple, le matériel doit être utilisé d’une certaine façon et ne doit pas être détourné. La présentation doit se faire avec tels mots… Tout est codifié, évalué, attendu, normé…Hé ! N’oubliez pas : l’herbe est verte, le ciel est bleu !

La curiosité est en quelque sorte le moteur de la créativité. C’est comme lorsque vous comprenez une notion : si vous l’extériorisez, vous l’expliquez à quelqu’un, ça renforce sa compréhension.
La curiosité nous pousse à l’observation à la découverte. La créativité permet d’exprimer cette découverte, de l’extérioriser. Ça lui donne une certaine consistance, elle prend vie. En tout cas, je le vois comme ça. De la curiosité nait la créativité.

Ken Robinson, un universitaire britannique spécialiste en éducation, vous en parle dans cette vidéo : Comment l’école tue la créativité ?

Soyons honnêtes : l’école maltraite cette curiosité et donc cette créativité. L’attente qu’il y a envers les élèves, le stress, les évaluations, les normes, les codes… tout ça va à l’encontre de ces petits trésors.

De plus, je pense que nous jouons un rôle envers ça. Nous aussi nous avons des attentes envers nos enfants, consciemment ou inconsciemment. Nous les polluons en quelques sortes de notre manque de curiosité !
Et puis, n’oublions pas que c’est la façon dont on nous a « éduqués ». C’est dur de faire autrement.

La curiosité est le trésor de l’enfant

La curiosité est la petite flamme qui bouge en permanence, qui s’anime à chaque instant chez l’enfant. Elle est belle cette petite flamme, elle brille, elle bouge, elle réchauffe. Par contre, elle est fragile. Il faut la préserver, la protéger, l’aider à grandir.

C’est, en quelque sorte, un véritable petit trésor. C’est ce qui pousse l’enfant à apprendre, à s’ouvrir au monde qui l’entoure. Grâce à cette curiosité, il peut manifester sa présence, créer du lien avec les personnes qui l’entourent ou la vie autour de lui. Il peut ainsi commencer à voir ce qui l’attire. C’est comme une petite clochette, un petit signal qui dirait « Hé ! Regarde ça comme ça à l’air intéressant, il faut que tu en saches plus ».

Finalement, c’est ce qui va lui permettre de coller au plus proche de ses passions ou de ses intérêts. C’est ce qui va l’aider à se connaître, à savoir ce qu’il aime. Je vous parle de l’importance de la mission de vie chez l’enfant dans cet article.

On pourrait voir ça également comme quelque chose d’inimitable, propre à l’humain. Dans un monde où beaucoup de travail peut être fait par les ordinateurs, ou l’intelligence a de la concurrence, la curiosité et donc la créativité resteront non programmables, on ne pourra pas l’anticiper, les remplacer.

Protégeons et cultivons la curiosité de nos enfants

Vous avouerez que ça donne envie d’en prendre soin !

Combien de fois je me suis émerveillée à écouter une des conversations de mes enfants, lors d’une mise en scène ou encore lorsqu’ils élaborent un « plan d’action » pour arriver à quelque chose. Je trouve ça génial. Et lorsqu’ils me posent une question surprenante, je me dis « quand même, ou va-t-il chercher ça ? ». C’est là que je me rends compte que j’ai perdu toute cette spontanéité, cette capacité d’observation ou de questionnement. Je croise des choses sans même les voir, alors qu’eux, non. Leurs sens sont toujours en alerte. C’est génial et j’ai envie de tout faire pour que ça continue !

Comment faire ?

Peut-être justement en les laissant questionner, regarder, rentrer en contact sans rien dire, sans avoir peur que ça dérange. Je pense par exemple à mon fils qui a été parler à une personne en fauteuil pour lui demander pourquoi il n’avait plus de pied ou comment fonctionnait son engin. J’avais envie de lui dire « le monsieur ne veut peut-être pas en parler », j’étais gênée. Finalement, je l’ai laissé faire et la personne a beaucoup apprécié sa franchise, son innocence. Nous le croisons aujourd’hui régulièrement et ils sont devenus bons copains. Comme quoi, nous nous mettons parfois des barrières de « bonnes conduites » ou de discrétion qui nous ferment parfois les portes.

Peut-être également en les laissant dessiner librement, mélanger les couleurs, faire l’herbe violette ou le ciel vert. Essayons de garder nos remarques ou jugements pour nous. Je pense que si notre enfant veut faire de l’herbe verte, il en sera capable. Ce n’est qu’une image, mais vous m’avez comprise 🙂

Peut-être en les laissant libres d’apprendre. Je suis partisane du fait de leur fournir un cadre vraiment stimulant, diversifié au cours du temps et d’être là s’ils ont besoin. Cependant quoi de plus riche que de pouvoir avoir le choix ? Que de pouvoir évoluer librement, en fonction de qui nous sommes ?

Ou peut-être, avoir une alternance de domaines complètement libres et d’autres, plus dirigés, suivant vos pratiques. Un emploi du temps n’empêche pas de répondre à toutes les questions, même si finalement elles sont hors sujet. Ça n’empêche pas non plus de faire des choses qui n’étaient pas prévues, de garder une certaine souplesse. Le fait de n’avoir pas de classe surchargée, de n’avoir que ses enfants permet de rebondir, de changer de sujet, de s’adapter facilement. L’instruction en famille est un bon berceau pour conserver toute la curiosité et la créativité de nos enfants. Chouette, nous sommes sur la bonne voix !

Et vous, comment faites-vous ?

Comment faites-vous pour conserver, protéger, cultiver la curiosité de vos enfants ? Est-ce que ça vous arrive, comme moi, d’être mal à l’aise face à cette curiosité ? Ou d’être émerveillé de toute cette ingéniosité ?

Je compte sur vous pour partager vos témoignages dans les commentaires !

Carnaval d’articles

Cet article participe à un évènement interblogueurs organisé par le blog Les petits Aventuriers de Clem et Mumu. Sur ce super blog, elles réalisent des vidéos éducatives d’une grande qualité, des activités pour les enfants et pleins d’autres choses.
Une des activités et vidéos que j’apprécie énormément est celle-ci : Créer une BD avec ses enfants autour d’une activité culturelle. Je vous invite à la découvrir !

Un carnaval d’article réunit plusieurs blogueurs qui écrivent autour d’un même thème. Ça vous permet de profiter de plusieurs points de vue différents, plusieurs entrées sur un même sujet.
Le thème choisi pour ce carnaval est la curiosité.
Si le sujet vous passionne, vous pouvez vous rendre sur le blog Les petits aventuriers pour découvrir les autres articles !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *