Corona virus et si on voyait le verre à moitié plein ?
organisation,  partage d'idées

Coronavirus : et si on voyait le verre à moitié plein ?

Je ne vais pas vous rappeler qu’à l’heure qu’il est, la France est passée au « stade 3 » de l’épidémie du Corona virus (CODIV-19). C’est une maladie très contagieuse, et pouvant être dangereuse surtout pour les personnes à risque.

Comment réagir dans un pareil cas ? 2 solutions : paniquer, avoir peur de façon irrationnelle où au contraire voir le verre à moitié plein. J’en entends d’ici qui s’exclament : « mais comment pouvons-nous rester positifs alors que des gens meurent ou se disputent les paquets de pâtes » (ou de PQ d’ailleurs !).

Soyons honnêtes, ce n’est pas parce qu’on choisit de voir les choses du bon côté, que ça va empirer, alors en ce qui me concerne, le choix est vite fait. 

ATTENTION : ça ne veut pas dire faire n’importe quoi ou comme si le virus n’existait pas. Nous devons faire attention à limiter les risques de contagion tout en gardant le sourire…

Vers la décroissance ?

En fait, mon chéri m’a dit hier : « c’est chouette, car tout le monde va consommer local et aller vers la décroissance ». 

Il n’a pas tort et cette petite phrase m’a fait réfléchir.

C’est vrai que nous allons vers la décroissance sur une courte durée (je l’espère courte !). Cependant, les personnes seront contraintes à cette décroissance, elles auront l’impression de subir, d’être privées, dépossédées.

Et après une période de privation, que se passe-t-il… je vous laisse deviner…

Bingo ! Tout le monde va se lâcher et sauter à pieds joints dans la consommation, cette chère abondance réconfortante.

Vous savez, c’est comme un régime draconien : ce n’est pas rare que l’on reprenne plus de poids après qu’on a perdu de kg pendant. La privation, si elle est subie, n’est jamais bonne. Par conséquent, lorsque ça s’achève, c’est la débandade !

C’est pourquoi j’ai envie de véhiculer une image de verre presque plein, de conscience de l’instant présent. Le printemps pointe déjà le bout de son nez, indifférent à tout ça, la vie continue

La nôtre aussi ! Profitons de ce moment pour semer des graines, faire du lien avec ceux qu’on aime, prendre soin de nous, faire ce qu’on chérit et que le manque de temps nous empêche d’accomplir… pour peut-être gagner en qualité de vie par la suite.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Pédagogie : à quel moment la choisir ?

Aidez-moi à aider !

Ainsi je compte sur vous pour véhiculer ce message, tout autour de vous, avec amour et empathie. Il est normal d’être paniqué rien qu’à l’idée de rester avec ses enfants toute la journée. Si nous n’avons pas choisi la vie sans école, nous pouvons nous sentir démunis et pas capables. C’est là que nous avons un rôle à jouer, nous les familles non sco. Nous pouvons aider, rassurer, partager nos astuces…

Je vous propose dans les prochains jours de publier une petite vidéo quotidienne avec une idée d’activité, de moment, de jeu à faire avec ses enfants. Je vous laisserai le soin de les partager avec vos contacts, vos amis, sco ou non sco.

Pour ceci, voici les trois idées que j’aimerais véhiculer :

La joie, le bonheur

Il n’y a alors plus de contraintes horaires, plus besoin de se presser ni de courir. Les enfants peuvent émergés doucement ou alors commencer par jouer pour ne s’arrêter qu’à satiété ! Le rythme est interrompu et nous disposons alors d’une denrée précieuse : le temps

L’autonomie, l’indépendance

le plaisir des moments partagés

Plutôt que de se demander comment nous allons faire pour manger, profitons de ce temps pour faire soi-même. C’est impressionnant, rassurant, de se rendre compte que nous pouvons fabriquer beaucoup de choses par nous-mêmes, aussi bien d’un point de vue alimentaire que matériel, même en ville et en appartement.

Juste pour vous donner un exemple, je pense aux graines germées, au kéfir, aux produits lactofermentés, aux bacs de jardinage… ou encore confectionner son papier toilette lavable (ça m’a vraiment choquée qu’on puisse se battre pour du PQ !), son dentifrice ou son masque anti contagion…

L’importance du lien familial

Nous sommes confrontés au confinement familial. Réjouissons-nous ! Quelle opportunité pour créer du lien, s’amuser, s’aimer, se respecter ! N’oublions pas que la famille est le pilier.

Dans chaque petite vidéo, je proposerai quelque chose en rapport avec un de ces trois axes pour que chacun puisse expérimenter le lâcher-prise, le temps libre, la famille.

Et si on y prenait goût ? Plutôt que de subir, d’être victime, pensons à notre bien-être au quotidien.

Le bonheur peut-être partout…

Au travers une fenêtre ouverte, le chant d’un oiseau, le rire d’un enfant…

La joie d’avoir préparé un petit quelque chose pour les autres…

Les petits plaisirs retrouvés : se plonger dans un bon bouquin ou un bon bain, écouter la musique qui fait rêver, le bon moment de jeu avec les êtres aimés…

Quelques règles avant de commencer

Avant ceci, voici quelques règles de sécurité pour pouvoir accéder au bonheur du moment présent :

Se tenir informer maximum quelques minutes par jour

Je dois vous avouer que je n’ai pas la télé, j’écoute rarement les informations à la radio et Facebook, je vais uniquement sur les groupes IEF et compagnie ! J’ai appris l’existence du Corona il y a à peine 15 jours… Non, s’il vous plait, on ne se moque pas !

En fait, ce que j’essaie de vous dire, c’est qu’on entend toujours parler de ce qu’il se passe bien assez tôt et qu’on ne s’en porte pas plus mal. Les infos, comme chacun sait, véhiculent le négatif, l’anxiogène. Ils ne parlent jamais des choses positives ! Je pense qu’aucun journaliste ne parlera des suites joyeuses de ce confinement (tout ce dont j’ai parlé plus haut). 

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  4 activités manuelles faciles en papier

Si vous souhaitez ne pas rentrer dans cette psychose et ainsi profiter du moment présent, je vous conseille de réduire le plus possible ces moments d’infos. Quelques minutes de radio bien choisies suffisent ou une lecture sur le net. Même chose : vérifiez bien vos sources. Ensuite, vaquez à vos occupations, prenez une douche chaude pour évacuer le stress, massez votre conjoint ou vos enfants… Essayez de ne pas trop en parler entre vous.

Pour se tenir informé, vous pouvez vous rendre sur le site du gouvernement.

Le fait de ne pas entretenir votre stress d’adulte permettra à toute la famille d’être plus sereine.

Énoncer les besoins de chacun clairement

Papa et Maman à la maison, chouette ! Oui, à condition que chacun se sente entendu et respecté, adulte comme enfant. Sinon, ça peut vite tourner au cauchemar !

 Par conséquent je vous conseille, dans un premier temps, de prendre un moment pour vous et d’énoncer, sur une feuille, vos besoins, en termes de temps de travail ou de repos, solitude. Ensuite, la famille se réunit, partage les données et propose des solutions d’organisation. Vous pouvez même prévoir un grand planning à afficher avec autant de couleurs que de membres familiaux.

Prévoir un temps d’écoute

Écoute est un super outil pour faire descendre la tension. Je ne vous conseillerais jamais assez d’écouter vos enfants, de les laisser libres d’exprimer leurs émotions sans qu’ils se sentent jugés. Si vous allez au paragraphe « l’écoute active » de cet article, je vous donne quelques pistes pour mettre de la bienveillance dans vos relations, changer de point de vue.

Entre conjoints, c’est également un très bon moyen de ne pas s’embrouiller, d’éviter les incompréhensions. Une petite remarque : tout ce que vous éprouvez, tout ce qu’éprouve l’autre est légitime. 

J’en parle un peu plus longuement dans cet article 3 astuces pour gérer ses émotions

Lâchez prise

C'est pas les vacances mais on peut profiter !

OK, les maîtres et maîtresses ont donné des prérogatives. Il ne faut pas que les petits prennent du retard ! Mais, posez-vous la question : du retard sur quoi ? Est-ce vraiment ça l’important ?

Si c’est au prix d’un stress quotidien, de disputes ou autre, avouez que ce n’est pas trop la peine.

Ils ont déjà la pression toute l’année, ça ne fera de mal à personne de lâcher ça quelque temps. Le plus important, il me semble, est de privilégier les BONS moments familiaux, de profiter du moment présent, de s’aimer, d’aimer, d’aimer faire…

C’est le meilleur moyen pour garder une bonne santé, contrairement au stress. Voyez-ça comme un médicament😅

C’est à vous

Je compte sur vous pour diffuser au max cet article, ces réflexions de verre à moitié plein… Il en va de la santé publique 😉

D’ici demain, chaque jour, sera diffusée une courte vidéo avec une idée pour aller vers plus de lien familial, plus d’autonomie, plus de joie et de bonheur !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    112
    Partages
  •  
  • 110
  • 2

3 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *