Comment nous sommes devenus nomades
Nomadisme

Comment avoir une vie nomade et faire l’instruction en famille

En ces temps de restrictions, de contrôle, beaucoup de familles IEF pensent à une vie nomade. Parfois pour trouver une justification à l’instruction en famille et être certains que les enfants ne seront pas obligés d’aller à l’école. Quel bouleversement ! Et c’est là que les questions fusent  : est-ce qu’on part en vacances ? Comment faire pour travailler ? Les enfants continuent-ils d’apprendre ? Comment pouvons-nous nous organiser ? Aurons-nous suffisamment de place ?

Depuis peu, nous avons réellement sauté le pas. Ça fait déjà quelques mois que nous n’avons plus de maison, mais nous n’étions pas encore réellement nomades. 

En caravane, certes, mais sédentaires.

La vie nomade et l’instruction en famille, la liberté

Lorsque nous avons quitté la maison, nous nous sommes sentis libres, la chaîne de notre boulet s’était brisée. 

Plus aucune charge financière ne pesait sur nous !

Nous avions l’été pour profiter, une yourte et une caravane nous attendaient…

En réalité, nous n’avions pas comme projet de devenir nomades.

Nous sommes un groupe de 5 familles à la recherche d’un lieu pour créer une communauté, un lieu de vie résilient et respectueux.

Il ne nous manque plus que le lieu…

Nous pensions trouver durant le printemps-été, seulement nous sommes aujourd’hui fin octobre et toujours rien…

La yourte est démontée, car l’endroit où elle se trouvait est un frigo non accessible l’hiver.

La caravane est partie elle aussi. Bien trop petite pour y passer un hiver, pas de quoi chauffer, pas d’eau…

Bref, à partir de septembre, l’inquiétude a commencé à pointer le bout de son nez…

Un sentiment d’insécurité…

Que ferons-nous ? 

De nouveau un appart, un loyer ?

Hors de questions !

Cet hiver s’organisera autrement…

Je crois que je passais environ 15 scénarios à la minute durant plusieurs semaines, je dormais beaucoup moins, tout paraissait tellement flou, flippant, nouveau

L’angoisse !

Pas facile pour personne dans la famille :

  • Le couple en ébullition (explosif ?)
  • Les enfants avec des comportements survoltés, « insupportables »,
  • Nos émotions personnelles nous submergeaient…

Nous étions en train de nous noyer, ou de nous diriger vers une nouvelle vie, comment savoir ?

C’est alors q’un week-end se prévoit avec les copains du groupe en Ardèche entre les Hautes-Alpes et chez mon père.

Et ma copine vendait son gros camping-car…

Et nous avons trouvé une petite caravane 4×4 autonome, très légère…

L’univers nous a entendus !

Merci l’univers !

Pourquoi je vous parle de tout ça ? Ça à l’air un peu décousu…

Pas tant que ça !

Une organisation s’est mise en place, j’ai réussi à poser mes besoins et je m’en vais de ce pas expliquer tout ça.

Vivre dans une location ? Pas questions, tout est parti de là d’ailleurs.

Donc, vivre dans un habitat mobile, style camping-car.

Oui, mais là, comment je fais pour travailler

Toujours à 4 dans un si petit espace, je vais péter un plomb, finir pas tuer quelqu’un (je pencherais vers mon compagnon 😂, s’il ne me tue pas avant 🤣).

Nous allons tenter d’éviter ça !

J’ai toujours eu besoin de moments seule, d’un lieu ressource.

OK, donc pas un petit espace, mais deux petits espaces autonomes

Un pour la famille et un pour un parent ayant besoin de calme, de travailler ou autre.

Et tout ça avec un petit budget.

Mission impossible ?

Apparemment non, nous avons fini par trouver une combinaison qui à l’air de nous correspondre.

Où est-ce elle qui nous a trouvés ? Car franchement toutes les opportunités se sont présentées en 15 jours de temps : 

  • vente de la veille caravane à une amie qui justement en avait besoin (pas une annonce de posée, comme la vente de la maison!), 
  • le camping-car de ma copine, 
  • la petite caravane à 40 minutes de chez nous achetée en 15 minutes…

Une fois que toutes les affaires ont été transférées, nous étions prêts

Oui, mais nous n’arrivions pas à bouger.

Toujours un truc à faire…

Pour aller où ? Faire quoi ?

Besoin d’avoir chaud, car la nuit nous tournions déjà autour des 3°.

Et c’était reparti pour l’angoisse…

En route pour une nouvelle organisation !

Et puis ce we de mi-octobre a été le déclencheur pour moi : je suis partie de notre terrain d’été avec le camping-car et les enfants en me disant que ce n’était désormais plus chez moi.

Mon compagnon y est encore, il devait finir de régler des choses.

Depuis que j’ai pris la route, les angoisses se sont envolées.

J’arrive à conduire ce truc énorme (pour moi, surtout sur les petites routes d’Ardèche 😬), chaque fois que nous en avons besoin, nous trouvons de super spots pour nous poser.

Je suis bien, bien plus sereine et détendue.

Avec les enfants, nous nous sentons partout chez nous, dans notre petit cocon.

Nous avons atterri vers chez ma mère qui profite des enfants pendant que je travaille et bientôt nous ferons route vers la Bretagne.

Un besoin commence à revenir : trouver un endroit chaud après la Bretagne !


Bon, en tous cas, nous sommes partis, ça fait du bien.

Nous n’avons pas encore trouvé une organisation qui nous convienne. 

C’est très dur pour travailler, prendre du temps pour moi, profiter des enfants…

Je suis encore complètement bouleversée, je n’arrive pas à me poser.

Cependant j’ai confiance, je nous laisse le temps.

Prendre le temps, la clé !

Les motivations au nomadisme

C’est comme l’instruction en famille, chaque famille se laisse porter par des motivations toutes personnelles.

Si je fais un petit pas de côté, que je prends du recul, les motivations de notre famille dans l’instant seraient les suivantes : 

  • Essayer un nouveau mode de vie
  • Se décharger des contraintes financières comme payer un emprunt, l’électricité, l’eau les impôts…
  • Attendre de trouver notre lieu de vie en communauté
  • Être mobiles, se laisser porter par nos envies, nos besoins, la météo, les personnes que nous avons envie de visiter… J’ai toujours été attirée par la vie des gens nomades (photos magnifiques ici), une certaine forme de liberté apparente, de simplicité, l’aventure que ça représente, se sentir bien indépendamment du lieu, des enfants libres… un rêve de gosse en quelques sortes.
  • Découvrir de beaux endroits, de chouettes gens, des cultures différentes… Bon sachant que nous n’allons pas voyager de ouf non plus ! Max Portugal ou Espagne…

Les destinations, un gros sujet !

En ce qui concerne les destinations, pour l’instant c’est encore un point très flou pour nous.

Mon compagnon a besoin d’une certaine stabilité pour organiser ses expos photos.

Quant à moi, j’ai besoin de ne pas bouger toutes les semaines non plus pour réussir à trouver une organisation.

J’aime aussi prendre le temps de découvrir les gens qui m’entourent, les lieux…

J’ai toujours eu horreur (c’est peut-être un grand mot) des vacances d’une semaine ou de bouger chaque jour.

J’ai l’impression de perdre mon temps…

D’un autre côté, j’ai envie de vivre dehors, d’avoir (relativement) chaud

Je n’imagine pas passer des journées ou même des moitiés de journée renfermés dans le camping-car avec le chauffage allumé !

J’aurais très envie d’aller en Espagne ou au Portugal. 

Ça ne fait pas encore l’unanimité, mais je ne me décourage pas

En attendant, nous allons descendre dans le sud, je crois, pas sûr, je ne sais pas …

C’est super clair, tout ça !

L’instruction en famille et la vie nomade

Sur le sujet de l’instruction en famille en étant nomade, j’avoue que ça pour le coup, ça ne m’angoisse pas 😂

Nous vivons en unschooling.

Depuis quelque temps, j’aide mon fils à réaliser ses objectifs en termes d’apprentissages, mais ça ne dépasse pas les 40 minutes par jour.

Franchement, c’est comme avant, sauf que nous bougeons, nous voyons plus de gens, de lieux…

Ça ne peut être qu’un plus pour l’IEF.

Les opportunités de faire des rencontres intéressantes sont plus grandes donc les opportunités d’apprendre vont de pair.

La seule chose dont je m’aperçois, c’est que mes enfants se sentent bien et en sécurité depuis que moi aussi je me sens rassurée.

Ils se sont fait leur petit espace dans le camping-car, ils passent beaucoup de temps à l’extérieur, s’occupent des chiens, m’aident plus dans le quotidien…

Nous avons une petite habitude qui commence à s’installer : avant de prendre la route, ils font du vélo et je cours à leur côté.

Le voyage est une merveilleuse façon d’apprendre

Plus que de l’unschooling, nous nous dirigeons vers le roadschooling !

Et même si nous bougeons que tous les 15 jours, trois semaines, quelle richesse !

Ça permet de développer sa capacité d’adaptation.

Il y a aussi toutes ces notions de respect qui entrent en jeu.

Nous sommes en pleine nature, notre réserve d’eau est limitée.

Économiser l’eau prend alors tout son sens.

Comme le fait de se laver à l’argile, le corps, les dents comme les cheveux (une argile différente à chaque fois, je vous donnerai, mais recettes 😉) pour ne pas polluer là où nous passons.

Bref, nos valeurs prennent tout leur sens.

La vie nomade vous tente 

Avez-vous déjà pensé au nomadisme ?

Qu’est-ce qui vous attire dans ce mode de vie ?

Quelles seraient ou quelles sont vos motivations, votre organisation ?

Il ne vous reste plus qu’à écrire un commentaire dans l’espace réservé juste en dessous.  

Comment parler de nomadisme sans une image de Mongolie ?

Partager l'article :

19 commentaires

    • Marion Billon

      C’est vrai Marjolaine, je n’en parle pas.
      En effet dans cet article, j’ai choisi de dévoiler un bout de notre chemin et présentement ça ne fait pas partie de nos motivations…
      Mais ça peut-être effectivement un bon choix de vie qui justifie l’ief

    • Barnou soraya

      Bonjour pour nous .la même avec trois enfants de dix sept ans dix ans et sept ans nous sommes partit le 18 juin et quel bonheur de se sentir libre .nous sommes saisonniers .nous avançons doucement mais sûrement au fil du travail qu on nous propose et je fais l école en CNED libre au plaisir de se rencontrer

  • Bastienne

    ohlala, comme ton article résonne…même les destinations dis !!
    je disais justement à mon compagnon… »et si on s’achetait un camion aménagé? »
    je vais t’écrire en privé car nous partons en Bretagne en novembre et peut-être qu’on pourrait s’y rencontrer en vrai ?

  • SOPHIE

    Quelle belle expérience de vie!!! Félicitations à vous et je vous souhaite pleins de belles aventures! Nous prévoyons de commencer l’IEF à la rentrée prochaine et depuis que nous en parlons, une possibilité de tour du monde commence à se mettre ne place dans nos têtes… Cela semble encore loin, incertain et j’ai pleins de questions mais j’ai comme une sensation que c’est un objectif de vie que je me suis fixé sans trop le savoir il y a bien longtemps…Je pense que ton blog va m’être très utile!! 😉

  • Sandrine

    Un petit bout de moi est parti avec vous..:)
    La vie nomade j’en rêve, simplement je ne sais/ vois pas comment faire la transition.

    Avant d’être maman c’était mon mode de vie.
    Je me suis posée pour accueillir mon fils et depuis mon défi est de retrouver cette liberté.
    J’ai plusieurs résistances, notamment sur le fait d’être maman solo et sur le thème des finances.

    Mais je sais que je vais y arriver, à mon rythme, par exemple il est temps de changer de véhicule ce que je vois comme une opportunité pour nous équiper en ce sens.

    Belle route à tous !

    • Marion Billon

      C’est vrai que nous aussi habitions en camion avant d’avoir notre premier enfant, ça m’y fait penser !
      Au niveau financier, c’est quand même une simplification… effectivement à condition de pouvoir travailler de partout, digital nomade.
      Quand je vois tous les messages je me dis que nous allons finir par faire un beau convoit ief !
      Ça vous tente ?

  • AURELIE MATHIOT

    nous sommes nomade depuis juillet et voyageons d’airnbe en airnbe mais toujorus dans la meme région (ou mon conjoint travaille) je déteste les Vosges, et compte prendre mon envol rapidement et faire différement (en camping car aussi) , mais .. ON AVANCE!!!

  • Hélène

    Bonjour,
    Nous allons sauter le pas aussi. Départ en janvier direction Espagne Maroc Portugal, on ne sait pas trop encore. On pourra peut-être se croiser 🙂
    Notre motivation principale est de profiter des enfants, les voir grandir au lieu d’être 8h par jour dans un bureau…
    Au plaisir !

  • Azélys

    Merci pour cet article loin des images idéalisées des familles épanouies et de la parentalité positive.. Une famille humaine quoi 🙂
    Je rêve de nomadisme. J’avais un grand besoin d’échapper aux charges (logistiques, entretien, financières) d’un logement qui m’emprisonnait… 2021 a été pour nous: descolarisation des enfants / arrêt du travail pour moi et changement de travail de mon mari / passer d’une maison de 87 m2 vers Lyon à un Mobil-home de 32 m2 pour nous 4 + minou en Ardèche. Essai concluant, nous sommes maintenant propriétaires d’un chouette mobilhome résidentiel de 40 m2, notre maison sur roue mais pas très mobile :D. Disons qu’on ne pourra pas l’attacher au Duster pour rejoindre votre convoi nomades-ief, non, on vous suivra en convoi exceptionnel 😂. Bref le nomadisme j’en rêve mais ce n’est pas pour tout de suite… J’ai déjà réussi à entraîner mon mari dans ce nouveau mode de vie (descolarisation, mobilhome, ce n’était pas gagné !) je le laisse se remettre de 2021… Et je relancerai le sujet en 2022 😉.

    • Marion Billon

      Wahou ! Que de changements également 😉
      Merci beaucoup pour ce témoignage !
      Et sans parler de convoi exceptionnel, on va peut-être trouver un lieu en Ardèche pour notre groupe pour la création d’un eco-lieu.
      Bref, a suivre, donc plutôt que de se suivre 😉
      On va se trouver quand même 🤣

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *