5 activités ancestrales à faire en pleine nature
apprentissages,  partage d'idées

5 activités à faire en pleine nature avec les enfants

Lorsqu’on est en instruction en famille, les vacances ça peut-être n’importe quand ! Et surtout hors vacances scolaires 😁. Et elles sont toujours de merveilleuses occasions d’apprendre… Alors, pourquoi s’en priver ? J’ai envie de partager avec vous 5 activités à faire en pleine nature avec les enfants dans mon lieu de prédilection…

Si je choisis de développer ce sujet, c’est que nous vivons en pleine nature la majorité du temps, pour ne pas dire en permanence.

La saison d’été, du juin à octobre, je suis bergère. Donc les enfants m’accompagnent en montagne durant 4 mois.

Si ça vous intéresse de les voir évoluer dans ce milieu, il y a cette vidéo (je craque quand je la vois ❤️, ils étaient si petits…).

Nous vivons dans des cabanes rudimentaires, on pourrait dire minimalistes, ça fait plus classe 😉.

Nous passons donc tout notre temps dehors, quelle que soit la météo.

Le reste de l’année, nous sommes soit en vadrouille en camping-car soit dans notre petit village d’Eourres.

Ce village est perdu au fond de la vallée de la Méouge, c’est un cul-de-sac et c’est tout simplement au bout du monde.

Nous avons parfois l’impression de vivre sur une île…

Pour résumer, la nature est notre cocon, notre nid, notre source d’énergie, de connaissance.

Et pour les enfants, tous les enfants du monde, c’est une source inépuisable d’apprentissages.

N’oublions pas que nous sommes aussi des animaux, la nature est notre mère à tous

Je vais vous parler ici de ce que mes enfants affectionnent le plus. 

Des choses simples et pourtant essentielles, j’ai presque envie de dire primaires.

Finalement pas besoin d’aller chercher midi à 14h, de leur proposer toujours des activités « de ouf » et les pousser un peu plus dans cette société de consommation.

La nature, loin de la société de consommation, et pourtant…

Une petite parenthèse à propos de ça : nous vivons en montagne et nous sommes confrontés au tourisme de cette région. 

Quand je vois tout ce qui a été inventé pour faire consommer toujours plus les gens qui viennent de la ville, je trouve ça tellement dommage… encore des occasions de ne pas profiter simplement du magnifique lieu de leurs vacances.

Je pense notamment au rafting, aux jeux d’eau gonflables, aux piscines des campings, aux vélos électriques, aux quads… je ne vais pas tout énumérer. 

Mais a-t-on besoin de tout ça, réellement ?

Je suis pour les petits plaisirs simples de la vie, tellement apaisants et ressourçants… de quoi poser le cerveau et passer de vraies vacances !

Rien que d’aller en montagne, regarder un troupeau, profiter de la musique de leurs sonnailles, s’imprégner de leur rythme calme

(Si vous aspirez à vivre plus posément, je vous invite à visiter ce blog que j’adore : La Slow Life. et pour Eller plus loin, ce bouquin est vraiment top : Éloge de la lenteur, Carl Honoré).

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  3 bricolages à faire avec les enfants pour comprendre le temps qui passe

Bon OK, c’est la bergère qui parle… 

Mais qui peut y être insensible ?

Et mettez n’importe quel enfant dans une forêt, au bord d’une rivière avec aucun jouet en plastique : passé peut-être le moment d’ennui, car c’est nouveau, il va vite se mettre à gratter, creuser, ramasser, tremper, jeter… 

Les éléments naturels vont finalement finir par lui rappeler sa vraie nature.

Allez, passons aux activités de prédilection des enfants !

Première activité : tailler des bâtons

Comme première activité ça peut paraître flippant : oui, on peut se couper !

Et c’est donc aussi une formidable occasion d’apprendre

Mes deux enfants ont eu leur premier Opinel à bout rond à trois ans et aucun ne s’est coupé ou blessé réellement, au pire une petite entaille de temps en temps. 

Après nous avons passé, leur père et moi, du temps à leur montrer comment s’en servir sans se blesser, sans se mettre en danger.

Le bâton appuyé sur la cuisse et orienté vers le bas, la lame dirigée vers le bas également et la main qui tient au-dessus de celle qui coupe.

Comment tailler en sécurité
Comment tailler en sécurité

Pour les gestes de précision, c’est la force du pouce appuyé sur la lame et non la force du poignet ou du bras.

Et au départ, l’enfant peut simplement enlever l’écorce. Et avec la dextérité viennent les travaux de précision.

Perso, je suis restée à côté de mes enfants et j’ai simplement répété ce que j’avais montré dès que la consigne était oubliée, et ça jusqu’à ce que la maîtrise progressive se mette en place.

Le couteau a été dans les premiers outils inventés par l’homme, c’est donc renouer avec notre continuum, nos origines profondes

Ça et bien sûr le feu… 

C’est ainsi que nous arrivons à la deuxième activité proposée :

Deuxième activité : faire un feu de camp et dormir à la belle étoile

Avant de développer une petite mise en garde : ne jamais faire de feu de camp lorsqu’il n’a pas plus depuis longtemps, que tout est sec autour et toujours prévoir un point d’eau à proximité ou un extincteur s’il n’y a pas de point d’eau.

Quelle expédition, quelle aventure !

Succès garanti !

Déjà la joie de préparer ses petites affaires, son duvet, son bonnet, son doudou, penser à prendre le minimum, partir léger et pourtant avec tout ce qu’il faut pour une soirée au coin du feu.

Le bois, on le trouve sur place.

Ne pas oublier les allumettes !

Petite astuce pour faire griller les saucisses, les courgettes ou les Chamallows : la petite branche de noisetier, taillée en pointe.

De la même façon que l’activité précédente, le but est de transmettre un savoir ancestral : faire un feu en toute sécurité.

Quel bois ramasser, comment délimiter le lieu pour le feu, comment disposer le bois, les pignes de pin, les feuilles mortes …

Grâce à votre soutien, votre enfant sera tellement fier d’avoir réussi à allumer le feu seul !

Bon ensuite il va vouloir s’amuser avec, essayer d’y jeter des choses, pour voir…

Il expérimente, regarde, s’émerveille, en tire des conclusions

Et c’est ça qui est merveilleux.

Et ensuite se coucher avec sa famille auprès du feu, en toute sécurité, en observant les étoiles, peut-être en écoutant une histoire, c’est tellement doux, rassurant, le lien établi est fort.

Troisième activité : remonter un ruisseau

Retour en plein jour pour cette activité !

J’adorais faire ça lorsque je passais du temps en Auvergne, dans une ferme avec des vaches laitières.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Improviser trois recettes simples

J’avais alors entre 8 et 14 ans.

Je me mettais pieds nus ou en bottes suivant la saison et je me faufilais dans ce petit ruisseau qui remontait la montagne dans le sous-bois jusqu’au plateau des vaches.

J’y trempais les mains pour me tenir, j’adorais ça, je ne voyais pas le temps passer.

Et lorsque je rentrais deux heures après, je me faisais engueuler…

Mais c’était vraiment plus fort que moi, dès que j’avais les pieds dedans j’étais comme attirée vers le sommet sans pouvoir résister.

Et aujourd’hui je le fais avec mes enfants avec toujours autant de plaisir !

Sauf que je leur interdis de le faire seuls, j’ai peur des loups ! Déformation professionnelle, sans doute 😁

Quatrième activité : observer la faune aux jumelles en se levant aux aurores

Je ne sais pas vous, mais ils adorent que je les réveille au lever du jour pour partir en mission

La veille nous choisissons notre lieu d’observation, nous préparons nos affaires, nous faisons des paris sur les animaux que nous allons rencontrer…

Tenues discrètes obligatoires !

Et on joue aux traqueurs : pas de bruit, déplacements discrets et si nous voulons observer des chamois, nous devons grimper haut dans la montagne !

C’est une très bonne façon de les motiver à la marche.

Cette idée est partie de Tilouann lorsque les louvetiers sont venus sur mon troupeau de brebis.

En effet lorsque le troupeau subit une attaque, les nuits qui suivent des « louvetiers » (chasseurs bénévoles assignés à cette tâche) viennent passer la nuit à proximité du troupeau pour observer et tuer les loups qui s’approchent trop prêt..

Dans ces cas-là, bien sûr mes enfants leur posent plein de questions, essaient leur matériel à viseur thermique.

Un soir Tilouann leur a demandé de passer la nuit avec eux et ils ont accepté.

Je m’y suis opposé, car ils ne sont pas là pour simplement observer les loups. Potentiellement ils les tirent et les tuent.

Et ce que voulait Tilouann c’était uniquement les observer.

Il est végétarien, car il ne souhaite pas être à l’origine de la mort des animaux donc forcément je pense qu’il aurait été profondément choqué d’observer une telle scène.

Mais de là est née l’envie d’observer la faune.

Nous y allons de jour, car nous n’avons pas de jumelles thermiques. 

Et nous ne rentrons jamais bredouilles ! Il y a toujours au moins un lièvre, une marmotte, une perdrix à « se mettre sous la dent ». 

Cinquième activité : faire un safari photo/orientation

Cette dernière activité peut fortement motiver l’intérêt des enfants pour une randonnée.

Le principe est simple : 

Vous fournissez une feuille de route que vous aurez pris soin de créer avant le jour j sur laquelle figurera une liste de choses à trouver durant la rando

Pour les non-lecteurs la liste peut-être sous forme de photos.

Renseignez-vous bien avant des éléments que vous êtes susceptibles de rencontrer suivant la région.

Ça peut être des plantes, des arbres, des animaux, des sortes de pierres, des noms de sommets

Et vous munissez votre enfant d’un appareil photo et d’un crayon afin qu’il puisse cocher au fur et à mesure ses trouvailles.

C’est une sorte de chasse au trésor grandeur nature.

En rentrant, vous pourrez comparer ensemble ses photos et la liste.

D’autres idées d’activités à faire en pleine nature ?

Je suis sûre que votre imagination déborde d’autres idées géniales d’activités à faire en pleine nature !

L’espace de commentaires juste en dessous vous attend pour les y déposer !

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vgo('process');