accomplissement de soi : mes principaux freins
carnaval d'articles,  émotions

L’accomplissement de soi : mes principaux freins

Prendre soin de soi, découvrir son être véritable, s’accueillir… oui, et dans l’action ! Pour me donner un coup de boost, je vais me creuser les méninges pour mettre à jour mes principaux freins à l’accomplissement de soi.

Avec le printemps, tout s’illumine !

Ça y est, c’est le printemps, ou presque !

Enfin, je sors de l’hiver, ce moment froid, où le soleil nous fait profiter de ses bienfaits plus rarement.

Et depuis décembre, mon optimisme lui aussi se fait plus rare.

Une réunion de famille a suffi à me replonger dans ma peau de petite fille blessée et depuis, je n’arrive pas à en sortir…

Je pensais pourtant que j’avais dépassé tout ça !

J’ai pris la décision de vivre au présent

… mais le passé me rattrape parfois, sans crier gare !

Des veilles mémoires refont surface, crient pour qu’on ne les oublie pas.

Ça vous est déjà arrivé de vous apercevoir au détour d’une conversation que ce volet là de votre vie n’était pas tout à fait réglé ?

Et quand ça resurgit sans crier gare, on retombe facilement dans nos vieux schémas qui nous paralysent et nous empêchent de passer à l’action.

On se retrouve avec notre cher boulet au pied.

Il est alors dur de se tirer du lit, de se mettre un coup de pied aux fesses et nous subissons notre journée plus que de la vivre…

Je suis sûre que vous comprenez ce que je veux dire 😉

Mais ça y est, c’est le printemps ! Il est temps de se reprendre en main et d’identifier nos freins qui nous empêche de nous accomplir.

Les freins à l’accomplissement de soi

Bon, qu’est-ce qui fait que j’ai eu encore une fois envie de basculer de point de vue, de passer à autre chose, de faire un pas dans la lumière ?

Et bien, ras le bol d’avoir mal au dos, la nuque raide, l’estomac noué…

D’être fatiguée, d’avoir tout le temps l’impression de dépasser mes limites !

C’est comme si une fois au fond, il ne me reste qu’une chose à faire, c’est remonter.

Remonter dans quelle direction ? 

Vers la lumière des jours qui s’allongent et se réveillent à leur tour.

Vers la contemplation, la beauté de ce qui m’entoure et que je ne vois plus.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Déprime, quand tu nous tiens !

Vers le pouvoir du moment présent.

OK, mais pour ça, j’ai besoin d’un coup de pouce pour mettre le doigt sur ce qui m’empêche d’avancer.

Première étape : enlever ce voile morose qui recouvre ma vision grâce à cette plante solaire qu’est le millepertuis.

Bien sûr, ça reste une aide extérieure, mais ce premier pas est facile à faire, donc c’est cool. Mon premier pas vers la liberté, ma liberté d’esprit.

Deuxième étape : je prends rendez-vous avec un hypnothérapeute. 

J’ai secrètement envie de ne rien faire, que mon subconscient travaille sur moi.

Et là, devinez quoi ?

Exactement, ce n’est pas comme ça que ça se passe!

Je vais devoir me prendre en main, guidée certes, et identifier mes freins.

Premier frein : besoin d’être entendue, respectée

Ce besoin s’apparente au manque de confiance que j’ai développé… quand ?

Dans mon enfance, évidemment !

Non pas que mes parents étaient de mauvais parents, juste des parents, comme tous les autres.

Nous sommes tous imparfaits et c’est important de l’accueillir.

Par conséquent, je n’en veux à personne et ne remets la faute sur personne (un peu sur l’école, quand même 😉).

Bref, le fait d’avoir identifié ce premier frein est déjà un grand pas.

Je me réjouis donc, on m’a dit qu’il est important de se réjouir !

Et lorsque je me replonge dans les discussions de cette réunion de famille qui m’ont fait basculer vers le côté obscur, je me revois essayer de convaincre (les autres ou moi-même ?).

J’ai alors ressenti les mêmes sensations que lorsque j’étais enfant…

Deuxième frein : besoin de sécurité

Lorsqu’en septembre nous nous sommes retrouvés sur les routes avec notre caravane sans eau et sans électricité, il faisait encore bon, très bon même.

Des amis nous ont accueillis dans un coin de leur jardin, au bord de la rivière.

Cependant, l’insouciance s’est évaporée peu à peu avec l’arrivée du froid, de la pluie…

Et s’est envolée complètement à l’annonce d’un deuxième confinement !

Un fort sentiment d’insécurité m’a alors envahi. 

Je me suis rendu compte à quel point j’étais vulnérable.

Pourtant, en alpage, nous avons déjà connu le froid dans une habitation précaire, avec parfois l’eau gelée dans les tuyaux jusque midi.

Mais c’était différent. Je savais ce qu’il nous attendait après.

C’était choisi, assumé, tout été parfait.

Alors que là, le fait de ne pas savoir de quoi serait fait demain, quand est-ce que nous retrouverions un logement chaud m’a mis en stress.

Et ce sentiment s’est installé petit à petit, malgré le fait que nous ayons trouvé (très rapidement) un logement jusqu’en avril, sournoisement, sans que je n’y prête attention.

Au fil de la réflexion avec Alexandre, l’hypnothérapeute, j’ai vu remonter ce sentiment qui s’était logé discrètement entre mon cou et mes vertèbres.

Ça y est, deuxième frein identifié !

Passons à la suite !

Troisième frein : besoin de soutien

Nous avons un problème dans notre couple…

Lorsque l’un est énervé, l’autre éponge et s’énerve.

Si la tristesse s’empare de l’un d’entre nous, l’autre ne tarde pas à sombrer.

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Comment j'accompagne mon enfant vers plus de confiance en lui : suivi et bilan

Je n’ai donc pas le droit de me sentir mal sans que toute la famille s’écroule ?

Quel poids insoutenable, lourd sur mes épaules…

Oh, mais attendez, je crois que je viens d’identifier mon troisième frein !

Il est lié à mon besoin de soutien.

Que faire avec tout ça ?

Bon, sur le coup je suis très fière de moi d’avoir identifié tous ces freins.

Et puis, le soufflet retombe.

Très bien, que faire avec tout ça, concrètement ?

Comment faire pour s’en libérer et aller de l’avant ?

Car c’est bien ça finalement que l’on cherche lorsqu’on fait un travail sur soi.

Ce n’est pas juste à remuer la m…, n’est-ce pas ?

Je peux m’accueillir, accueillir toutes ces facettes de moi. 

Accueillir c’est dans l’action. 

Alors qu’accepter c’est passif…

Vous voyez cette différence entre l’acceptation et l’accueil ?

Lorsqu’on accueille, on ouvre grand les bras, on enveloppe dans son ensemble.

Lorsqu’on accepte, on se résout, on baisse les épaules…

L’amour peut répondre à tous ces besoins

L’amour est la solution…

Voyez-vous ce qu’est l’amour ?

Non, pas l’amour des contes de fées.

L’amour que nous avons tous en nous.

Quel que soit le besoin non comblé, l’amour, notre propre amour, ce grand tout, peut y répondre.

L’amour est à l’intérieur, nous sommes complets, entiers, tout est déjà en nous.

Imparfaits, mais complets !

C’est là que l’hypnose rentre en jeu…

Maintenant mon mental va pouvoir dialoguer avec mon subconscient et petit à petit le laisser reprendre les rênes.

Aujourd’hui, voilà où j’en suis.

En plein travail, chaque jour plus présente, dans la joie et la conscience…

Jusqu’à la prochaine fois…

Quels sont vos freins ?

Nous voyons bien que tous ces freins sont associés à des besoins non comblés, plus ou moins lointains. 

Pour identifier vos propres freins, je vous invite donc à vous tourner vers vos besoins.

Vous pouvez partagez vos freins à l’accomplissement de soi dans les commentaires et vous diriger petit à petit, un pas après l’autre, vers l’action, l’accueil.

Carnaval d’articles

Ce qui m’a décidé à traiter de ce sujet, très d’actualité en ce qui me concerne, c’est la proposition du blog Penser et Agir.

J’ai commencé par lire un article qui donne des conseils pour arrêter de se plaindre. En effet, lorsqu’on me fait cette remarque « tu n’es jamais contente ! », il se passe un truc fort en moi. Je me transforme en hérisson, en dragonne et brûle tout ce qui m’entoure !

Non, j’exagère. Mais ça me blesse. Du coup cet article m’a parlé.

Puis j’ai découvert cette proposition de carnaval et je me suis dit que c’était une bonne occasion de me challenger, de me sortir les réflexions de la tête. 

D’ici peu, si ça vous intéresse (dites-le moi dans les commentaires), je vais pouvoir partager avec vous l’ebook numérique regroupant tous les articles de beaucoup de blogueurs s’exprimant sur le même thème. Une mine d’info pour prendre soin de soi et enfin agir 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *