Changer de métier avec ses enfants en IEF
IEF,  organisation

Reconversion professionnelle et école à la maison

Et si nous faisions l’école à la maison ? Oui, mais comment s’y prendre pour continuer à travailler

L’argent ne fait pas le bonheur, mais quand même, ça aide bien pour faire les courses, avoir un toit sur la tête…

Et puis, lorsque nous avons la démarche de ne pas mettre nos enfants à l’école, c’est souvent pour respecter leur rythme, leurs centres d’intérêt, pour les laisser grandir et apprendre à travers les choses qu’ils aiment.

Et si c’était aussi possible pour nous, parent ?

Faire quelque chose de choisi, que l’on aime, ne plus bousiller son temps pour un patron arrogant

Concilier le temps de qualité avec ses enfants et un métier choisis… 

C’est là que nos méninges entrent en ébullition !

  • Qu’est-ce que j’aime faire ?
  • Pourquoi suis-je doué(e) ?
  • Comment m’organiser pour que ça colle avec notre choix de vie ?

Oui, c’est exactement ça : nous avons fait un choix et nous allons tout mettre en oeuvre pour honorer ce choix.

Je vais vous raconter comment j’ai changé de métier…

Vers une reconversion professionnelle

J’étais institutrice lorsque j’ai accouché de Loon, qui a aujourd’hui 5 ans.

Mon métier ne me plaisait plus du tout, l’institution scolaire ne correspondait pas à mes valeurs

Je redoutais le lundi matin et les week-ends, vacances étaient toujours trop courtes.

La hantise du dimanche soir m’habitait…

Le stress, les insomnies, la fatigue, la mauvaise humeur, les douleurs…

Tout ça faisait partie de mon quotidien.

Le congé parental a fini par me convaincre définitivement : je ne retournerai plus à l’école !

Pourquoi eux sans école et pas moi ?!

J’avais bien déjà fait bergère de 2008 à 2011. 

J’étais enfin dehors toute la journée à arpenter la montagne avec les bêtes.

J’ai appris à me connaître un peu mieux…

Seulement, bergère avec un tout petit bébé, je ne me sentais pas. 

Et pour être tout à fait honnête, travailler seulement 4 mois pour nourrir toute une famille…

C’est ce que je vous disais… les neurones en ébullition !

Les idées tournaient sans relâche dans ma petite cervelle, tout passait en revue.

Je me mettais une pression de dingue… presque une question de vie ou de mort !  

Durant cette recherche personnelle, j’ai suivi une formation en parentalité créative.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Faut-il convaincre son conjoint de faire l'instruction en famille ?

Et là, au détour d’une conversation, on m’a parlé du métier d’accompagnante en instruction.

Ça a fait tilt, tout simplement.

Comme si un mécanisme venait combler tous les rouages cérébraux qui tournaient à vide depuis plusieurs mois.

Ça s’est juste imbriqué, en mode lego technique !

J’allais accompagner les familles en IEF.

Ça collait parfaitement !

L’IEF était une préoccupation quotidienne, qui me passionnait, me nourrissait…

J’aime le contact avec les enfants, les observer, les voir grandir…

Leur façon d’apprendre me fascine.

De plus, j’aime transmettre.

Donc accompagnante en IEF remplissait tous les critères !

Passer au concret

Un problème subsistait : dans le 05 trop peu de familles sont en IEF pour que je vive de cette activité.

J’avais besoin de toucher plus de monde.

Et quel est l’outil parfait pour communiquer, quelle que soit la distance ?

Internet !

Et puis je devais répondre à tellement d’autres critères essentiels pour nos choix de vie, comme un cahier des charges professionnel.

Faire un cahier des charges pour sa reconversion

D’ailleurs, je vous conseille d’en faire un. 

Voici ce qu’aurait pu être le mien  :

  • Oeuvrer dans un sujet que j’aime et pour lequel je suis compétente (ça, j’avais donc trouvé)
  • Ne plus avoir de patron
  • Être en accord avec mes valeurs
  • Pouvoir travailler de partout
  • Pouvoir travailler à n’importe quelle heure
  • Avoir un outil de communication simple et efficace

J’ai alors eu l’idée de faire un blog

Mais j’étais une quiche en informatique, en réseaux sociaux, sur internet…

Devinez ce que j’ai fait ?

Je me suis payé une formation sur internet, à suivre pas à pas, à mon rythme (au rythme des siestes de ma fille ?), pour créer mon blog.

J’étais sceptique, mais enthousiaste et super motivée…

Ça a changé ma vie !

J’ai une confidence à vous faire : je ne mettais les pieds sur FB rarement plus d’une fois par an avant de me mettre au blogging…

Et aujourd’hui, grâce à cette reconversion (la deuxième en fait) une nouvelle vie s’offre à moi.

J’aime ce que je fais.

Je travaille avec joie dès que je le peux.

Personne ne me met la pression.

Les enfants grandissent, mon temps disponible grandit avec eux.

Savoir réajuster, se remettre en question

Nous allons sur un habitat participatif d’ici peu (on croise les doigts pour que notre offre soit acceptée !).

Je vais me lancer (je pense) dans la création d’une école de la forêt.

C’est absolument parfait pour nous, comme un costume bien ajusté.

Ce n’est pas une école à proprement parlé, mais un accueil d’enfants, scolarisés ou non.

Une ouverture supplémentaire sur notre monde, une reconnexion à la nature…

Je vais pouvoir continuer mon blog.

L’écriture est devenue vitale pour moi, comme une rivière qui régule mes émotions, toujours présente et régulière…

Je vais pouvoir continuer à m’occuper de mes enfants, être disponible quand ils en ont besoin, partager des moments complices, de jeux, de câlins…

Les voir grandir et grandir avec eux !

J’ai besoin de réaliser de nouveaux projets, j’aime les situations de recherche, d’apprentissage…

Maintenant, c’est une évidence pour moi : je ne ferai plus ce qui ne me plait pas.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Instruction en famille : par où commencer ? La vidéo

Faire les choses avec envie, passion…

Le jour où l’accompagnement ou le blogging ne m’apporte plus rien, je n’ aurais pus rien à apporter aux personnes en retour et donc j’arrêterais cette activité.

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Le changement fait peur mais il est la clé.

Nous avons grandi dans la politique, la culture de la peur.

Le premier changement est flippant, après on s’aperçoit que c’est possible et ça fait nettement moins angoisser (bon si toujours un petit peu quand même…).

Bref, osez, foncez !

S’organiser : la clé pour une bonne reconversion professionnelle ?

Une fois tout ce chemin parcouru il est important de ne pas oublier le moteur de cette reconversion : l’école à la maison, l’IEF, l’unschooling…

Et donc l’importance de partager des moments de qualité avec nos enfants.

Ne pas oublier ses enfants dans le choix du métier

L’organisation est donc super importante.

Franchement, je dis ça alors que je suis très mauvaise en organisation.

C’est clair, je ne sais pas tenir un planning serré.

Je vais vous dévoiler mon secret à travers une citation : 

Une chose à la fois, c’est ainsi qu’un maître zen définissait l’essence du zen.

Faire une chose à la fois, c’est plonger entièrement dans ce que vous faites à l’instant, y accorder toute votre attention. C’est agir dans le lâcher-prise, dans la maîtrise.

E. Tolle

Lorsque je suis en train de faire quelque chose, j’essaie de ne pas penser à ce que je vais faire ensuite.

Et franchement, je suis plus satisfaite de mes journées et moins fatiguée.

Où trouver les idées et que ce soit compatible avec l’école à la maison ?

Avant de trouver des idées toutes faites, il est important de se poser les bonnes questions :

  • Quelles sont mes forces, mes faiblesses ?
  • En quoi suis-je compétente ?
  • Quels sont mes centres d’intérêt ?
  • Qu’est-ce que j’aime faire lorsque j’ai du temps libre ?

C’est là qu’on se rend compte que l’instruction en famille peut profiter à tout le monde.

On se questionne, on se découvre…

Et puis un jour, au détour d’une conversation ou d’une lecture, une idée vient nous percuter.

Le fait d’avoir plusieurs casquettes peut être un sacré avantage.

Si vous êtes comme moi, que vous avez besoin de ne pas faire toujours la même chose, c’est ressourçant.

Il m’arrive de m’occuper d’un groupe d’enfants et d’animer une activité, d’accompagner en présentiel une famille, de garder un troupeau, d’écrire un article ou de continuer un livre, de faire un repas pour 20 personnes, de créer une formation, de faire du fromage… et bien sûr de tripper avec mes enfants.

J’ai besoin d’argent ? En fonction de la saison et de mon temps de disponible, je tire une carte de mon chapeau.

Et vous, où en êtes-vous de votre vie professionnelle ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  

4 commentaires

  • Miss Obou

    Bonjour Marion,
    Cet article résonne tellement en moi! La peur et le doute s’unissent pour nous enliser dans une situation qui ne nous convient pas! Il faut du courage pour faire un pas de côté, sortir du confort et prendre le risque de trouver le bonheur!
    Merci de nous partager ton expérience qui me prouve qu’il est possible de se reconvertir!

  • Laura de Ma Petite Forêt

    Excellents conseils pour une reconversion réussie ! Cela demande une vraie remise en question, une belle recherche de sens, une (re)prise en main de sa vie personnelle aussi, et du courage ! Je me retrouve complètement dans ce que vous dites car j’ai choisi d’accompagner des personnes souhaitant mettre en pratique l’éducation par la nature avec leurs enfants ou leurs élèves. Un choix de vie qui me comble au quotidien 🙂 Merci pour ce bel article !

  • Bastienne

    Merci pour cet article Marion qui me renforce dans mon choix. l’IEF c’est pour cette année, la reconversion, ça a été ma vie donc une de plus, ça va 🙂 en revanche, en plus du coaching parental et du blog, je veux démarrer une formation de doula, et là, adieu les économies donc ça me fait un peu flipper… J’espère vraiment arriver à tout pouvoir mener…blog+formation blog+formation doula+IEF+couple….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *